«  La nuit... enfonce un coin de fuite vers ailleurs... où balbutie une autre parole que je voudrais entendre. C'est elle que j'essaie d'épeler sur cette façade peinte dont le soir a effacé les contours pour ne laisser que des traces lumineuses comme un souvenir ou une prémonition de ce qui sourd du plus profond de la vie."
  Claude Ber, La mort n’est jamais comme, Editions  L'Amandier, 2003. (http://www.claude-ber.org)


Odes à la Nuit - 2015

Gouaches / Tempéras sur partition


 
  1    2  
Diaporama